Déontologie

Je ne suis pas adhérent au 

Syndicat National des Prestataires et Conseils en Écriture (SNPCE),

mais j'en applique le code éthique ci-dessous.


Définition du prestataire et conseil en écriture (PCE)

Le terme générique de prestataire et conseil en écriture désigne les écrivains publics, écrivains conseils®, biographes, écrivains privés, écrivains de famille,conseils en communication écrite, concepteurs et animateurs d’ateliers d’écriture,correcteurs, rewriters...) et autres professions connexes.


Principes à respecter

1 — Exigence de qualité

• Formation et compétences de base
Aucune formation de base n’est exigée pour exercer la profession de PCE.
Toutefois, de solides connaissances de la langue française (orthographe, syntaxe, règles typographiques), des qualités rédactionnelles, un sens de l’analyse et de la synthèse et une grande qualité d’écoute sont indispensables pour garantir la réalisation de prestations de qualité.

• Mises à jour régulières des connaissances
Le PCE a le souci constant de tenir ses connaissances à jour et de se perfectionner tout au long de sa carrière professionnelle.

• Limite des compétences
Chaque PCE est garant de ses qualifications particulières et définit ses limites propres, compte tenu de sa formation et de son expérience. Il refuse toute intervention lorsqu’il sait ne pas avoir les compétences requises ou qui contrevient aux dispositions du présent code d’éthique ou aux dispositions légales en vigueur.

2 — Obligations légales

• Exercice déclaré
Le PCE exerce son activité de manière professionnelle, ce qui exclut le bénévolat, et légale. Il remplit toutes les obligations légales en matière de déclaration d’exercice, assurance, cotisations sociales, obligations fiscales, etc.

• Respect des lois
Pour son exercice professionnel, le PCE agira dans le respect général des lois et, en particulier :
- S’il gère des bases de données, il s’inscrit auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).
- Il respecte les domaines protégés des autres professions (notamment l’interdiction qui lui est faite par la loi de dispenser du conseil notarial,comptable ou juridique).

• Respect du présent code
Un PCE adhérent du SNPCE s’engage a respecter ce code d’éthique.
Le fait pour un PCE d’être lié dans son exercice professionnel par un contrat ou un statut à toute entreprise privée ou tout organisme public ne modifie pas ses devoirs professionnels. Il fait état du présent code d’éthique dans l’établissement de ses contrats et s’y réfère dans ses liens professionnels.

3 — Engagements vis-à-vis des clients

• Affichage des prix
Le PCE affiche clairement ses tarifs (dans son cabinet, dans ses documents de présentation, sur son site Internet...) et les respecte.

• Devoir de confidentialité
Qu’il y ait ou non conclusion de contrat entre un PCE et un client, personne physique ou morale, le PCE est tenu de :
- ne pas divulguer d’informations données lors des entretiens,
- ne pas utiliser ces informations de façon indue à des fins personnelles.

• Clause de conscience
Dans toutes les circonstances où le PCE estime ne pas pouvoir respecter les principes de ce présent code d’éthique, il est en droit de faire jouer la clause de conscience et refuser la prestation qui lui est demandée, quels que soient son mode d’exercice et son cadre professionnel.

• Moyens mis en œuvre
Le PCE dispose sur le lieu de son exercice professionnel d'une installation convenable, de locaux adéquats pour permettre le respect de la confidentialité, et de moyens techniques suffisants en rapport avec la nature de ses actes professionnels et des personnes qui le consultent.


4 — Engagements vis-à-vis des confrères

• Soutien et conseils
Les PCE sont solidaires entre eux et réservent le meilleur accueil aux demandes de soutien et de conseils d’un confrère dans l’exercice de la profession et dans l’application et la défense de ce code éthique. S’ils ne peuvent ou ne veulent y donner suite, ils s’efforcent de l’orienter vers un autre confrère qui serait mieux disposé ou plus qualifié.

• Concurrence/loyauté
Les PCE se doivent loyauté entre eux, notamment en matière de concurrence qui ne doit porter que sur les qualités professionnelles et les prestations proposées.
Seront considérées comme manquements graves à ce code d'éthique, entre autres, les agissements suivants :
- dénigrement d’un confrère pour l’évincer d’un marché,
- manœuvre frauduleuse ou malhonnête ayant pour objectif de devancer un confrère et/ou l’écarter d’un partenariat à l’initiative duquel il se trouvait,
- prestations médiocres dans le cadre d’une rétrocession d’honoraires.